| 02 août 2018
Une première phase de l’expédition Plastic Odyssey réussie

Repéré en coup de pouce Explore en 2017, Plastic Odyssey s’est rapidement révélé être un projet unique, de par l’attrait qu’il suscite et la fulgurance de son développement. En janvier 2018, Explore et ses mécènes ont souhaité aller plus loin dans leur soutien en permettant à l’équipe de devenir projet incubé à la base. Ils ont ainsi pu être accompagnés pour construire un prototype du Plastic Odyssey, « Ulysse ».

Le bateau démonstrateur Ulysse

Les travaux ont débuté en janvier pour une mise à l’eau prévue en juin 2018. Après plusieurs mois de travail acharné, le bateau prototype était prêt à l’usage. Doté d’une unité de pyrolyse embarquée, il est capable de transformer 60kg de déchets plastiques en 3h pour obtenir 15 litres d’essence ou 45 litres de gazole. Le plastic Odyssey, quant à lui, pourra transformer 1kg de déchets en 1 litre d’essence, en conditions optimales.
Ce prototype, baptisé le 15 juin 2018 à Concarneau, en présence de la secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, Brune Poirson, est le porte étendard du projet. Il est maintenant présenté sur différents salons jusqu’en septembre afin de promouvoir le recyclage des déchets plastiques et l’usage du système de pyrolyse développé.

Le bateau d’expédition Plastic Odyssey

Ulysse est une version réduite du Plastic Odyssey, catamaran long de 25 mètres qui réalisera un tour du monde de 3 ans entre 2020 et 2023, soit 64 374 km et 33 escales principales prévues.
Afin de réduire un maximum l’impact environnemental du catamaran, différentes technologies seront intégrées au bateau. À commencer par les panneaux solaires qui offriront l’énergie nécessaire aux équipements à bord et au broyeur destiné à déchiqueter le plastique durant chaque escale. Du matériel low-tech, disponible en open-source, sera également utilisé à bord avec le scanner de plastiques qui triera selon les différentes familles existantes, un centre de recyclage permettra de fabriquer de nouveaux objets en plastique recyclé. Enfin le bateau sera doté d’un routage météorologique permettant l’optimisation de la navigation par rapport aux vents et courants favorables, le moteur du bateau sera électrique et des filtres à particules et catalytiques permettront de purifier les gaz d’échappement.
La pierre angulaire du projet : montrer que les déchets plastiques ont trop de valeur pour finir dans nos océans. Ils constituent une réelle ressource à exploiter que ce soit en les triant pour permettre au maximum de donner un nouvel usage aux déchets recyclables, ou revalorisant une dernière fois sous forme de source d’énergie les déchets plastiques ne pouvant pas être recyclés.

Plutôt que d’internaliser le développement, nous faisons le choix d’utiliser le crowdsourcing et de collaborer aussi bien avec des industriels qu’avec des passionnés, des universitaires, des start-ups, etc.

Simon Bernard
À propos de l'auteur
Robin Vannier