| 23 octobre 2018
Portrait d’explorateur·rice·. À la rencontre de Molène et Robin

Aujourd’hui nous vous présentons Molène et Robin ! Tous deux fraîchement arrivés en service civique à Explore, ils nous ont accordé du temps pour se présenter et nous parler de leurs missions.

J’accompagne le fonds de dotation Explore, car il permet de soutenir des projets agissant en faveur de la planète. »

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Molène Le Roy : Passionnée par l’environnement et la mer depuis toute petite, j’ai réalisé mes études en science de la mer et du littoral et ai obtenu un Master en Expertise et Gestion de l’Environnement Littoral.

Robin Vannier : Je suis né à Rennes en 1992 et ai grandi dans la campagne environnante. Passionné par les questions environnementales et désireux d’en faire mon métier, je me suis orienté vers un BTSA Gestion et Protection de la Nature, que j’ai suivi à Lyon. Cet épisode lyonnais m’a fait me rendre compte de mon attachement pour la Bretagne. À la suite de cette formation, je suis donc revenu dans ma région natale et en ai profité pour rejoindre l’Équipe Explore, pour 8 mois de service civique et une super expérience en prévision.

Une chose que tu adores et une autre que tu détestes ?

M. L.R. : J’adore : entendre le bruit des vagues ; Je déteste : ne rien faire

R. V. : J’adore : écouter de la musique ; Je déteste : les discours démagogiques et court-termistes

Quelle est ta mission au sein de l’équipe Explore ?

M. L.R. : Je participe à l’avancée du projet en réalisant des actions de médiation et de sensibilisation auprès de différents publics, comme les scolaires ou les partenaires. Je développe également des outils pédagogiques pour expliquer le rôle d’Explore et présenter les projets qui y sont incubés.

R. V. : Je participe à l’animation de la communauté d’Explore. Une de mes missions est de faire circuler l’info, par exemple en rédigeant des articles sur le site internet WeExplore avec les actualités de nos explorateurs, car il s’en passe des choses ici ! Je suis aussi là pour chercher à faciliter encore les synergies au sein de la communauté et entre explorateurs. Cela passe par exemple par l’organisation d’événements ponctuels ou réguliers à la Base ou la mise en place d’outils qui facilitent les collaborations. Tout cela en équipe, bien évidemment !

Tout seul on va plus vite, mais ensemble on va plus loin… ! »

Comment as-tu connu ce projet ?

M. L.R. : C’est par le plus grand des hasards. L’été, je suis serveuse dans un restaurant au Glénan, et en discutant avec mes clients, ils m’ont présenté leur travail : explorateurs d’un des projets incubés, Under The Pole. C’est comme ça que j’ai connu Explore.

R. V. : J’ai connu Explore par le biais de mon professeur d’écologie, durant ma formation en BTS. Il savait que je recherchais un service civique et m’a orienté vers l’annonce d’Explore, qui convenait à mon profil. Merci à lui !

Qu’est-ce qui t’as poussé à devenir explorateur ?

M. L.R. : J’ai eu envie de venir travailler à la base Explore car je voulais faire quelque chose pour changer les mentalités et ce, de manière concrète.

R. V. : Avant et pendant ma formation, j’étais toujours confronté à ces discours fatalistes et sclérosants sur l’avenir de la planète. Explore me permet aujourd’hui d’interagir avec des personnes enthousiastes et pour qui le monde de demain se construit aujourd’hui, sans plus attendre.

Un petit mot pour celles et ceux qui souhaiteraient comme toi sauter le cap et rejoindre l’équipage ?

M. L.R. : Tout seul on va plus vite, mais ensemble on va plus loin… !

R. V. : Explore n’est pas un incubateur de personnalités exceptionnelles mais d’individualités qui, ensemble, portent des projets extraordinaires. L’exploration, elle est à la portée de tous, du moment où l’on y croit.

La question habituelle de fin d’interview, un homme une femme qui t’inspire ? Pourquoi ?

M. L.R. : Ellen MacArthur, navigatrice de renom, parce qu’elle a la volonté de faire bouger les choses. Elle a quitté le monde de la compétition pour se consacrer à la défense de l’environnement.

R. V. : Avant j’étais inspiré par Aung San Suu Kyi, maintenant je préfère être inspiré par ceux qui m’entourent. Au moins eux je suis à peu près sûr de les connaître…

À propos de l'auteur
Robin Vannier