| 21 novembre 2018
Des avancées significatives pour le projet Agami

Ce dernier mois a permis à l’équipe du Jute Lab de concevoir la première pièce de la Karenjy Mazana II en composite à renfort fibre de jute, une belle avancée pour le projet Agami.

Réalisation de la première pièce de la Karenjy Mazana II

Suite aux essais concluants de fabrication de plaques et aux tests sur le moule école réalisés l’été dernier, le Jute Lab s’est attelé au cours de ces dernières semaines à réaliser le moule pour la première pièce de la Karenjy Mazana II en composite jute et thermoplastique, un panneau de porte. C’est Cyprien qui s’est chargé de la conception, de la fabrication et de la préparation du moule en bois.

Du design et des prototypes

À l’occasion de la mission du Jute Lab en Inde et au Bangladesh, l’équipe a eu l’opportunité de rapporter le tabouret Bermudes en France, dernier fruit de la collaboration entre le designer français Joran Briand et le Jute Lab. Ce prototype avait été réalisé en 2016 grâce au soutien de l’entreprise Bureau Vallée et faisait partie des derniers projets à avoir été réalisé au Bangladesh, avant le rapatriement de l’équipe du Jute Lab en France. Ce prototype en composite de jute n’est pas le seul à y avoir été conçu. Il y a par exemple eu le tabouret Toul ou encore la planche de surf Splash. Ces différents prototypes, conçus avec des créateurs spécialistes du design, permettent de sensibiliser davantage de personnes au potentiel de la fibre de jute. À l’image de la mission du Jute Lab, l’objectif est de diffuser ce potentiel auprès des particuliers comme des industriels, de sorte qu’ils s’approprient le concept. Ce qui représente une prérogative essentielle à l’impulsion de nouveaux marchés.

Fin de stage pour Guillaume

Durant ces 2 mois de stage, Guillaume Salaün, étudiant à l’INSA de Rennes, a repris les essais de composite de jute et résines biosourcées pour les caractériser, et amorcer la réalisation de différents petits démonstrateurs en composite à base de fibre de jute.

La première partie de son stage lui aura permis, avec Margaux, de tester plusieurs techniques de mise en oeuvre (au contact et par infusion) de plaques en composite de jute, ainsi que différentes résines partiellement biosourcées (polyester et époxy). L’objectif était de comparer les propriétés obtenues avec chaque résine et pour chaque mode de mise en oeuvre.

L’essentiel de son stage a consisté à concevoir et prototyper, en collaboration avec Mathilde, différents démonstrateurs qui pourraient servir de supports de communication. Il en a conçu de deux sortes : les premiers en composite thermoplastique à renfort fibre de jute et les autres, plus classiques, en composite thermodurcissable à renfort fibre de jute. L’objectif était cette fois de comparer les deux matériaux sur d’autres critères : le rendu visuel des matières, leurs complexités de mise en oeuvre, leurs coûts de revient etc. La communauté des Nouveaux Explorateurs le remercie pour sa contribution, sa bonne humeur, et lui souhaite désormais bon vent pour la suite !

À propos de l'auteur
Robin Vannier