| 25 avril 2019
Nomade des mers : escale aux Philippines

Culture hydroponique, pompe à eau fonctionnant sans énergie, lampe solaire économique … l’équipage du Nomade des Mers poursuit son aventure autour du monde et documente de nouveaux systèmes ingénieux.

Après trois semaines de navigation mouvementées en mer de Chine, le long des côtes de Bornéo et Palawan, le Nomade des Mers a fait escale aux Philippines au cours du mois d’avril. Alors qu’ils n’étaient plus que deux à bord du bateau, Corentin et Cyprien ont été contraints à naviguer avec des vents contraires sur toute la route. Etre explorateurs n’est pas facile tous les jours !

La pompe Bélier pour transporter de l’eau sans énergie

Arrivés dans l’archipel, ils se sont d’abord rendu à Anangue, village isolé de l’île volcanique de Negros, entouré de collines couvertes par la jungle et de rizières en terrasse vertes fluo. C’est dans ce village qu’un battement caractéristique résonne depuis quelques années. Celui de la pompe « bélier ». Installée dans un ruisseau, sur une pente de seulement trois mètres de dénivelé, elle permet de faire monter de l’eau au sommet de la colline, 80 mètres plus haut sans aucun apport d’énergie.

La pompe bélier est une technologie ancienne, inventée il y a plus de 200 ans par Joseph Montgolfier, à qui on doit également le fameux ballon à air chaud. Mais son potentiel de développement reste largement inexploité alors que 800 millions de personnes dans le monde n’ont toujours pas accès à l’eau potable. L’entreprises sociale AID Foundation Inc. a déjà installé ces pompes dans plus de 500 villages de l’archipel, avec un véritable esprit low-tech : les pompes ont été simplifiées au maximum pour les rendre accessibles, fiables et réparables localement. A Anangue, l’arrivée de l’eau a permis à toute une économie de se développer : distillerie à citronnelle, micro-élevages de porcs, irrigation de champs.

Une lampe solaire à moins de 10 euros pour donner accès à l’éclairage au plus grand nombre

C’est ensuite sur l’île de Negros, dans le sud du pays, que l’équipage du Nomade des Mers a poursuivi son exploration pour s’attaquer à un nouveau défi : l’éclairage low-tech. Ils ont passé trois jours en compagnie des habitants de Sitio Anipa, un petit village au fond d’une vallée, à 2h de marche de la première route. Ici, à la tombée de la nuit vers 18h, des petites loupiotes s’allument automatiquement dans les maisons qui bordent la rivière. Ce sont les lampes solaires récemment installées par l’association A Liter of Light (Isang Litrong Liwanag). Fabriquées avec des composants électroniques simples et des matériaux de récupération, elles sont robustes et faciles à réparer. Elles évitent ainsi l’utilisation des lampes à pétrole, à la fois dangereuses et peu efficaces, et permettent un accès simple à l’éclairage dans un pays où un habitant sur cinq n’a pas accès à l’électricité.

Un demi million de ces lampes a déjà été distribué par  l’ONG Liter of Light USA dans des zones reculées à travers le monde depuis 2013. L’équipage du Nomade des Mer a mis au point une nouvelle version de cette low-tech en l’assemblant avec le système de recyclage de batteries documenté lors de l’escale à Sumatra. Résultat : une lampe solaire à moins de 10€, à la fois pratique et écolo !

Les tutoriels des systèmes disponibles en ligne

Pour la suite de son exploration, l’équipage s’intéressera aux solutions low-tech dédiées à  l’alimentation à Taïwan puis au Japon. Rendez-vous cet été pour connaître leurs prochaines découvertes…

En attendant la réalisation des tutos vidéos des systèmes documentés par l’équipe depuis janvier, retrouvez dès maintenant les tutoriels écrits sur la plateforme low-tech :

À propos de l'auteur
Charlotte Genest