| 18 juin 2019
L’ordinateur low-tech existe-t-il ? Réponse à Taïwan avec l’équipage du Nomade des Mers !

Et si ordinateur pouvait rimer avec low-tech ? Après la Thaïlande, la Malaisie, le Cambodge, ou encore les Philippines, le Nomade des Mers et son équipage se sont rendus à Taïwan pour s’attaquer à ce nouveau défi.

Quand high-tech et low-tech ne sont plus incompatibles : direction Taïwan pour apprendre à fabriquer un ordinateur low-tech !

Depuis l’année dernière, plus de la moitié de l’Humanité a accès à Internet et 2 milliards d’ordinateurs personnels sont en activité ! Malgré tout ce que l’électronique nous apporte, son utilisation parfois démesurée pose aujourd’hui de sérieux problèmes ! Épuisement de précieuses ressources, explosion de la consommation d’énergie, décharges toxiques dans les pays les plus pauvres… L’équipe du Low-tech lab – Nomade des Mers a donc fait escale à Taiwan pour s’intéresser à cette question avec un challenge : créer un ordinateur low-tech ! Et bien sur toujours accessible à tous, peu énergivore, réparable, adaptable, open-source… Objectif : fabriquer une machine permettant de répondre aux besoins basiques d’utilisation : naviguer sur internet, envoyer des mails, accéder à Wikipedia hors connexion et bien sûr..aux tutos du Low-tech Lab !

Avec l’aide de Gia, franco-hongkongaise passionnée d’informatique et de bidouille, ils ont construit leur ordinateur à partir d’un « Raspberry Pi Zéro ». Cette carte électronique, qui tient dans la paume de la main, est un ordinateur simplifié…qui coûte seulement 10 euros!! Pour  l’écran, la souris et le clavier, ils se sont rendus à 寶藏巖 OpenLab.Taipei, un FabLab spécialisé dans le recyclage de déchets électroniques. Quelques clics plus tard, ils pouvaient naviguer low-tech sur la toile et profiter de dizaines de programmes gratuits et open-source ! Un sacré potentiel pour rendre le savoir accessible partout dans le monde.

Un nouveau système de distribution de l’énergie à bord du navire

Ils ont également profité de leur escale pour optimiser le système de gestion de l’énergie du bord. Les panneaux solaires de Nomade des Mers ont été reliés à une carte électronique « Arduino » qui permet désormais de distribuer l’énergie alternativement aux pompes d’arrosage des plantes, aux bulleurs de la culture de spiruline et des biofiltres. Nouveauté : un capteur de température déclenche l’allumage d’un ventilateur pour que les champignons n’aient jamais trop chaud. Ainsi, une surface très limitée de panneaux solaires profite à tout l’écosystème du bord !

Si vous aussi vous êtes intéressés par l’ordinateur low-tech ou le système Arduino, n’hésitez pas à aller découvrir les tutos proposés par nos explorateurs sur le site du low-tech lab :

À propos de l'auteur
Charlotte Genest