| 22 juillet 2019
Under The Pole : la fin du programme scientifique DeepHope

La collaboration menée avec les chercheurs du CRIOBE-CNRS depuis un an pour échantillonner les récifs coralliens profonds à travers la Polynésie touche à sa fin pour l’équipe d’Under The Pole. Prochain défi à relever : le programme Capsule

Des données uniques sur les coraux profonds

Après 12 mois à sillonner la Polynésie, à naviguer d’île en île à un rythme soutenu, à plonger chaque jour jusqu’à 120 m et parfois au-delà, le programme scientifique DeepHope est terminé. Ou du moins sa partie terrain, puisque maintenant va commencer un long travail pour les chercheurs du CRIOBE-CNRS qui vont analyser et traiter toutes les données engendrées par l’expédition : analyse des milliers de photosquadras, génétique des échantillons, données acoustiques enregistrées par les hydrophones, données océanographiques des capteurs posées à différentes profondeurs et des analyses faites sur chaque site le long de la colonne d’eau.

Du temps sera donc nécessaire pour mener à bien ce travail de laboratoire mais les résultats de l’expédition sont déjà considérables. Les scientifiques sont maintenant en possession de la plus grande collection au monde de coraux profonds. Les plongeurs d’Under The Pole ont rapporté d’une profondeur de 172 mètres le corail le plus profond du monde jamais observé et récolté, et signalé de nouvelles espèces pour la Polynésie et pour la science.  Tous les échantillons prélevés nourrissent aujourd’hui l’espoir de pouvoir conforter la « théorie du refuge » admettant que les larves des coraux mésophotiques pourraient venir recoloniser ceux malmenés en surface. Un espoir pour les récifs coralliens qui blanchissent et meurent à travers le monde, entrainant avec eux une perte colossale pour la biodiversité des océans.

DEEPHOPE : un exemple de collaboration fructueuse et un modèle d’avenir de l’exploration scientifique de demain.

Scientifiquement, DeepHope est le plus gros programme jamais réalisé par l’équipe d’Under The Pole. Il démontre tout l’intérêt d’une association d’expertises pour relever un défi de l’exploration scientifique. Jamais les chercheurs rassemblés autour de Laetitia Hédouin n’auraient pu réaliser les plongées faites par les plongeurs d’Under The Pole. Et, de la même manière, jamais l’équipe d’explorateurs n’aurait pu mener l’étude approfondie imaginée par les chercheurs. Ce partenariat inédit a ainsi permis de terminer l’une des plus grosses études jamais menées dans le monde sur les coraux profonds. Un exemple de collaboration fructueuse et un modèle d’avenir de l’exploration scientifique de demain.

« Ce programme a été très soutenu et a demandé un investissement colossal de la part de toute l’équipe pour être réussi. D’abord de la part des plongeurs bien sur, car la plongée profonde est usante et fatigante, mais aussi de la part des scientifiques qui parfois finissaient l’échantillonnage de nuit sur le pont, et de façon général de toutes les personnes présentes à bord 7 jours sur 7. »

Emmanuelle Périé-Bardout, directrice des expéditions Under The Pole

Une réussite aussi bien scientifique que technique

La préparation et le déploiement d’une telle expédition sur le terrain nécessite une préparation rigoureuse, à la hauteur des enjeux et des risques que cela représente. DeepHope présentait un facteur risque particulièrement complexe à appréhender : l’enchaînement de plongées très profondes à un rythme soutenu, sur une très longue période et avec de nombreux plongeurs. Heureusement, grâce à la préparation méticuleuse des plongeurs et du matériel, aucun accident n’est intervenu au cours des 800 plongées réalisées. Et ce, malgré un risque possible évalué à 1% par les physiologistes hyperbars consultés pour la préparation de l’expédition (soit 8 accidents liés à la décompression qui auraient pu survenir).

La physiologie de la décompression des plongées d’incursion profondes reste encore relativement mal connue. Alors comment faire pour répéter en sécurité, des centaines de plongées parfois de manière quotidienne dans la zone des 120 m et cela pendant 12 mois consécutifs ? Plonger dans la zone des 100 m n’est jamais anodin ; répéter ce type de plongée l’est encore moins ; et le faire dans un contexte de travail soutenu, dans la promiscuité d’un voilier – d’expédition certes, mais sommes toute de taille modeste – relève de la performance. Au fil des mois, des milles et des plongées, chacun à bord est allé puiser dans des ressources personnelles cachées pour assumer ses responsabilités et préserver une atmosphère quasi familiale à bord. Chacun a accepté les règles posées, chacun a joué le jeu, chacun s’est plié à une exigence à la hauteur d’un programme d’excellence, permettant de le conclure avec succès.

La suite de l’expédition à venir avec le programme Capsule

L’exploration d’Under The Pole reprendra de plus belle dès le début du mois d’août avec un autre défi :  le programme Capsule.

Découvrez la modélisation 3D de ce système inédit de plongée (cliquer sur l’image pour accèder à la modélistation interactive) :

À propos de l'auteur
Charlotte Genest