| 13 avril 2020
Le billet de Roland Jourdain : Open Innovation, co-working space, brainstorming collectif : Oh my God !

En évitant soigneusement ici le débat sur l’anglicisme qui prendrait trop de place, regardons un peu ce qui se cache derrière les mots. Innovation ouverte, espace de travail partagé, intelligence collective… L’évolution sociétale avec l’avènement de l’ère numérique fait apparaître des tendances qui nous sont présentées comme révolutionnaires, un train dans lequel il faut sauter pour préparer le monde de demain. Pour quelle destination exactement ? Le moment que nous vivons est propice à comparer nos billets de train.

Partager largement les bonnes idées pour en démultiplier l’impact

 

Le terme d’open innovation a été popularisé en 2003 dans un article rédigé par Henry Chesbrough, professeur à la prestigieuse université américaine de Berkeley.  Si jusque dans les années 70, les entreprises vivaient dans des mondes d’innovations fermées, elles ont désormais besoin de faire appel à des acteurs externes à leur environnement pour innover Les bénéfices apportés sont nombreux. Innover d’une manière collaborative permet tout d’abord de favoriser la créativité des collaborateurs. Cela peut s’avérer particulièrement utile pour stimuler la capacité d’innovation d’une entreprise et ainsi créer des produits innovants. On est là dans l’optimisation d’un « business-model » qui s’adapte.

Les jeunes générations vont plus loin. La bonne idée de celle ou celui qui, isolé(e), est humblement postée dans le tambour du net peut faire résonner celui-ci d’une puissance incroyable. Sans se préoccuper d’un modèle économique.  L’actualité nous dévoile des mouvements exemplaires de contributeurs, scientifiques, ingénieur(e)s, étudiant(e)s, venus du monde entier, pour développer en intelligence collective des modèles de respirateurs et de masques à bas coût dans un élan solidaire et pour le bien commun (1)(2).

Nous devons apprendre à être vraiment collectifs

 

Vu sous cet angle le numérique nous offre des perspectives collaboratives uniques dans l’histoire de notre humanité. Le témoignage de Corentin de Chatelperron et de toute l’équipe du Low Tech Lab l’illustre bien, quand ils nous disent combien la communauté mondiale qu’ils ont initiée s’est agrandie en cinq ans seulement. Avec cette vision affirmée d’un « faire autrement ». Mieux avec moins.

Et on revient à notre billet de train… Vers quelle destination voulons-nous embarquer ? La reconnexion à l’ensemble du Vivant est essentielle. Nous ne sommes pas au-dessus. Nous en faisons partie. La collaboration et l’intelligence collective fonctionnent depuis des millénaires entre minéral, végétal et animal. L’internet des champignons (3) a devancé les GAFA, en parfaite sobriété énergétique et économie circulaire… Nous devons apprendre à être vraiment collectifs, intelligents et surtout… plus humbles !

Même si ce chemin est pavé d’inconnu, c’est celui qu’emprunte toute l’équipe d’Explore, illustré par ce texte d’Edgar Morin :
« Vivre c’est naviguer dans une mer d’incertitudes, à travers des îlots et des archipels de certitude sur lesquels on se ravitaille… »

Roland Jourdain

À propos de l'auteur
Charlotte Genest