| 27 mai 2021
Pitcher son projet d’exploration : quelques conseils pour réussir cet exercice essentiel

Comme pour tout projet, monter son exploration nécessite de savoir en parler. Que ce soit pour trouver des partenaires, fédérer une équipe autour du projet ou lui donner de la visibilité, il est essentiel de pouvoir présenter son projet en quelques minutes, de façon attractive et synthétique. C’est ce qu’on appelle le pitch.

Quelques points clés à retenir pour pitcher son exploration :

1. Ne pas vouloir TOUT dire

Le pitch doit permettre de transmettre les éléments essentiels du projet mais n’a pas vocation à être exhaustif. Son objectif : éveiller la curiosité pour créer de l’engagement et de la discussion autour de votre projet. Le pitch est à l’image de la bande annonce de film, ou de la quatrième de couverture d’un livre : il donne les grandes lignes mais ne raconte pas toute l’histoire en détail !

 

2. Raconter une histoire

Le pitch ne doit pas se contenter d’être un empilement de multiples couches informations. Pour embarquer votre auditoire, il faut lui raconter une histoire dans laquelle il peut se projeter. Passer de la simple énumération à une structure narrative incarnée dont on va se souvenir.

 

3. Adapter son message

Quand on communique, il y a toujours un objectif derrière : lever des fonds, fédérer des équipes autour du projet… Pitcher c’est donc choisir le message que l’on adresse pour atteindre cet objectif et ce que les interlocuteurs vont retenir. Le pitch doit être clair, concis et insister sur ce qui vous différencie des autres. Il évolue au fur et à mesure de l’avancement de votre exploration et du public auquel vous vous adressez.

 

4. Structurer son propos pour aller à l’essentiel

A l’image d’un article de presse, le pitch doit permettre de répondre aux « 5W » en quelques minutes : Who-Qui, What-Quoi, Where-Où, When-Quand, Why-Pourquoi ?

Quelques éléments pour vous aider à travailler la structure de votre pitch :

  •  L’accroche : Elle doit permettre de retenir l’attention de vos interlocuteurs dès le départ en suscitant leur intérêt, et faciliter l’entrée dans le vif du sujet. Attention à ne pas passer trop de temps à introduire le sujet et perdre de vue le cœur de votre projet dans des éléments de contexte.

 

  • La définition : Il faut expliquer le projet de manière simple et concise. Ne pas hésiter à illustrer vos propos par des chiffres ou des comparaisons pour qu’ils soient le plus concrets possible.

 

  • La proposition de valeur : L’objectif est de présenter le besoin auquel répond le projet, ses avantages par rapport aux solutions existantes : quel sont le problème de départ et la solution que je propose ? Il est important que les interlocuteurs perçoivent les enjeux et l’intérêt de votre projet pour y adhérer.

 

  • La conclusion : Elle est aussi importante que l’accroche. Il faut trouver le moyen de faire en sorte que le nom du projet et les principales informations partagées lors de la présentation restent en mémoire.

 

5. Être préparé !

Le pitch est un outil de communication au même titre qu’un flyer ou qu’un site internet. Il exige d’être réfléchi et travaillé. Vous devez prendre le temps d’écrire ce texte et de choisir soigneusement chaque mot. Enfin, pour être à l’aise, pas de secret : pitcher, pitcher, et encore pitcher ! C’est en répétant votre pitch (parfois des centaines de fois !) que vous gagnerez en fluidité et parviendrez à trouver la bonne façon de transmettre votre message.

Des ressources intéressantes à consulter pour construire son pitch :

ELEVATOR PITCH

Un elevator pitch, ou un argumentaire éclair, est un exercice de communication orale qui consiste à se présenter et mettre en valeur son projet face à un partenaire ou investisseur potentiel, situé à un niveau hiérarchique plus élevé que soi et dont le temps est compté.

L’expression réfère à la très courte durée de l’intervention : il faut…

À propos de l'auteur
Charlotte Genest